Vive Paimpol et ses mobilités !
  • Vive Paimpol et ses mobilités ! 0

Vive Paimpol et ses mobilités !

"Aménager, expérimenter et accompagner, voilà quelles sont nos priorités. Les politiques publiques dans les villes encouragent désormais, et fort heureusement, la pratique du vélo. Pour favoriser cet usage, impulser aussi la pratique de la marche, il faut aménager les espaces et accompagner les usagers.

Or, comme beaucoup de villes, Paimpol connaît de nombreuses contraintes foncières et géographiques. S’il faut 1,50 m minimum de largeur pour aménager une piste cyclable, il est alors souvent compliqué de créer des pistes dédiées aux deux-roues ou aux piétons, en plus d’une circulation automobile à double sens. Des alternatives existent.

Elles passent par des sens uniques, des aménagements dans certains quartiers, aux abords de la ville, des expérimentations aussi, l’éducation évidemment en direction de tous les types d’usagers de la route et donc le civisme, l’information (prévention, signalisation).   

Les formes que peuvent prendre ces aménagements sont multiples. Ainsi, le nou- veau quartier de Malabry peut être relié par voies cyclables au centre-ville. L’avenue Gabriel le Bras doit être repensée. De plus, avec un Eco-Quartier à Bel Air, son aménagement sera pensé sous l’angle de l’usage généralisé du vélo parmi d’autres modes de déplacements doux.

La rue Raymond Pellier peut être aussi sujette à de nombreuses réflexions quant à la place du vélo dans la ville, en relation avec le nouveau centre économique et commercial qui voit le jour.  

Le département sera évidemment associé à la démarche car il s’agit ici d’une départementale qu’il convient de sécuriser en créant de nouveaux passages piétons, en agissant sur la vitesse des usagers de la route.  

La circulation sur le port doit être étudiée et notamment sur le quai Duguay Trouin où les circulations piétonnes et cyclistes pourraient être expérimentées durant l’été. Les zones de rencontre existantes déjà en cœur de ville (vitesse de 20km/h dans les lieux où se côtoient pié- tons, cyclistes, automobilistes) peuvent être étendues durablement ou pendant certaines périodes de l’année, notamment quand l’activité touristique bat son plein.

Là encore, un bilan devra être réalisé avec les riverains, les associations, les commerçants. L’expérience Chaussidou, ou chaussée à voie centrale banalisée (automobilistes sur la voie centrale, cyclistes et piétons sur les accotements encadrant cette même voie) comme elle existe à Plouézec, est aussi d’ores et déjà prévue dans les secteurs de Kergicquel, Kérity et Sainte-Barbe.

Les effets : diminution de la vitesse, confort pour les cyclistes, zone de protection supplémentaire pour les piétons et surtout changement de comportement et donc de mentalité de la part de tous.

Enfin, il faut s’intéresser de très près aux véhicules auto- nomes sur rails qui pourraient par exemple concerner la voie ferrée Paimpol/Guingamp/ Carhaix. On sait que le gouvernement a enclenché des expérimentations en 2019 dans les grandes villes (Nantes et un transport collectif sur rail), dans les espaces ruraux aussi pour les désenclaver, ainsi dans l’Indre où une navette autonome sur route cette fois tourne en boucle toute la journée de village en village.

Vive Paimpol ! Bevet Pempoull !"

Caroline Ollivro Pour la liste Vive Paimpol !